Partenaires et liens


Mes partenaires

Visitez le site de la fondation FDJ 


Visitez le site des 20 ans du challenge


Créé en janvier 1991, le Challenge de la Française des Jeux est une opération de mécénat sportifsans équivalent par son envergure et sa durée. Il permet d’encourager des athlètes performants pratiquant une discipline peu médiatisée et qui disposent de ressources financières plus limitées.
Chaque mois, la Fondation sélectionne un athlète qui affiche un parcours méritant et des résultats prometteurs dans une discipline individuelle. Chaque sportif choisi reçoit une dotation de 15 000 euros répartie sur 2 ans. Cette somme lui permet de se consacrer avec davantage de sérénité à son programme d’entraînement et d’espérer passer un cap sportif.
Plus de 300 athlètes valides et non valides ont déjà été soutenus depuis la création du Challenge, entre autres :
Stéphane Diagana, Florian Rousseau, Marie-Claire Restoux, Laura Flessel, Tony Estanguet, Pascal Gentil, Assia El Hannouni, Amaury Leveaux, Gwladys Epangue, Jason Lamy-Chappuis, Martin Fourcade…
A noter : 102 médailles olympiques et paralympiques ont été décrochées à ce jour par les 328 challengers. En 2010, aux Jeux d’hiver de Vancouver, quatre Challengers ont été médaillés. En 2008, ils étaient 50 sélectionnés aux Jeux Olympiques de Pékin… 23 sont revenus médaillés (17 olympiques et 6 paralympiques).



Geodis est une société européenne spécialisée dans la logistique, la messagerie, l'express, le transport routier en charges complètes et lots partiels et le commerce transitaire avec l'acquisition de la division « Freight Forwarding » de TNT (TFM). Elle emploie près de 26 500 collaborateurs et est présente dans 120 pays. Elle est présidée par Pierre Blayau. Son siège social se trouve à Clichy. Geodis fait l'objet d'une OPA initiée par SNCF Participations depuis le 7 avril 2008.
Jusqu'en juillet 2008, Geodis était filiale à 43,07% de la SNCF, via SNCF Participations. Elle l'est aujourd'hui à 98,40%




                                                           Visitez le site de Prémalliance.

C’est en 1998, que Prémalliance adopte cette nouvelle enseigne, en concrétisant le rapprochement du Groupe Prado, à Marseille, et de la Cipra-Capicaf, à Grenoble, rejoints en 1999 par Igirca (Clermont-Ferrand) et en 2002 par Irso-Apso (Toulouse). Mais son origine remonte bien plus loin... Soixante ans, exactement.
En 1948, trois ans après la naissance de la Sécurité Sociale et un an après la mise en place d’un régime de retraite pour les cadres, la Capicaf voit le jour à Grenoble. Au fil des décennies suivantes, se constitueront les différentes entités et la capacité d’expertise qui, aujourd’hui, font de Prémalliance, un groupe d’assurance de protection sociale, paritaire et mutualiste de premier plan, qui mène ses activités de retraite, prévoyance, santé et épargne principalement dans le Sud de la France. Il développe également une politique d’action sociale au bénéfice de ses adhérents.
Depuis 2005, Prémalliance est engagé dans un partenariat stratégique avec AG2R LA MONDIALE dont l’objectif est la fusion des deux groupes au 31 décembre 2012.
A travers ses différentes implantations régionales et un effectif de près de 1.000 collaborateurs, animés de valeurs d’humanisme, de solidarité, d’écoute, de disponibilité et d’efficacité, Prémalliance couvre les besoins des assurés à chaque moment de leur vie.






Une expérience étonnante
L'idée de Quinton était donc qu'on pouvait obtenir, à partir de l'eau de mer diluée et stérilisée à froid, un milieu sain et fonctionnel pour l'organisme. Pour démontrer la véracité de ses dires, il n'hésite pas à remplacer par de l'eau de mer la totalité du volume sanguin d'un chien baptisé Sodium. Résultat : dès le lendemain, l'animal, remis sur pattes, trottine dans le laboratoire du biologiste. Forte de ce succès, la thèse de Quinton va alors prendre corps sous forme de « dispensaires marins » répartis à travers toute la France, de Paris à Marseille, et jusqu'en Égypte où des milliers d'enfants seront soignés en 1909 d'une épidémie de choléra infantile. Très vite, la rumeur de cette miraculeuse thérapie à l'eau de mer se répand et, en une cinquantaine d'années de pratique, les injections de plasma de Quinton sauveront de nombreux petits malades atteints de gastro-entérites sévères, de dénutrition et autres pathologies mortelles… Promis à un avenir radieux, le plasma de Quinton, concurrencé par une médecine médicamenteuse chimique et microbiologique, va pourtant tomber dans l'oubli pendant près d'un siècle. À tel point qu'il sera retiré en 1982 du dictionnaire de médecine Vidal suite à la perte de l'autorisation de mise sur le marché de sa forme injectable. On compare souvent le destin de Louis Pasteur à celui de René Quinton : là où le premier eut beaucoup de difficultés à convaincre ses contemporains mais rencontra par la suite un franc succès, le second suscita en revanche un engouement franc et immédiat avant de tomber dans l'indifférence. Pourtant, dès le début du xxe siècle, le quotidien français L'Intransigeant affirmait déjà : « Les travaux de Pasteur apportent une conception de la maladie. Ceux de Quinton nous apportent une conception de la santé. Qu’est-ce qu’un sérum de Pasteur ? C’est un sérum particulier à une maladie et contre cette maladie, un sérum qui attaque un microbe donné et aucun autre. Qu’est-ce que l’eau de mer ? C’est un sérum qui n’attaque aucun microbe particulier, sinon qu’il donne à la cellule organique la force pour lutter contre tous les microbes. » Il faudra finalement attendre le début des années 2000 pour que le ministère de la Recherche 

organise un colloque scientifique pour en reconnaître officiellement les mérites.

Formes et indications

Jusqu'en 1982, le dictionnaire Vidal recensait les nombreuses indications du plasma de Quinton. Il était notamment indiqué dans le traitement des gastro-entérites, de l'eczéma, de l'anorexie, de l'asthénie, du surmenage, des infections urogénitales et ORL ainsi que pour la reconstitution de la masse sanguine des grands brûlés et la réanimation… Sa forme injectable ayant été interdite au début des années quatre-vingt suite aux réactions secondaires douteuses observées chez un patient, on l'utilise aujourd'hui sous la forme d'une solution buvable généralement présentée en ampoules. Deux niveaux de concentration sont proposés : la forme isotonique identique à celle du plasma sanguin humain et la forme hypertonique, trois fois plus concentrée.

Posologie
Utilisé en complément alimentaire, le Quinton s'emploie en cure d'entretien ou en cure active de 28 jours à 3 mois. On commencera généralement par la solution hypertonique que l'on relaiera progressivement par l'isotonique.






LIENS

L'a pelle de Londres : site internet du 4 barré de l'équipe de France Paralympiques.


Transatlanteam : blog de Pierre Mastalski, rameur du Cercle de l'Aviron de Marseille qui effectue, depuis le 29 janvier 2012, la traversée le l'océan Atlantique à la rame dans le cadre de la course Bouvet Guyane.

Rames Guyane : site officiel de la course Bouvet Guyane, transatlantique à la rame en solitaire et sans assistance.

Aviron France : site de la Fédération Française des Sociétés d'Aviron.


Plaquette de présentation "objectif: Londres 2012"